Accueil > Symposium > Symposium 2012 > Thématique

Thématique

L’environnement, une histoire de vie

La vie, une histoire d’environnement

Les dimensions écologiques dans les histoires de vie, des questions et des pratiques au carrefour de plusieurs réseaux

Le XIXe symposium du réseau s’oriente cette année vers la place et le rôle du monde de la vie et de l’environnement dans nos histoires de vie. Nous souhaitons que ce symposium soit une occasion d’échanger et de se former sur la diversité des approches écologiques de l’histoire de vie. Cette rencontre sera un moment unique de participer à l’exploration de cette part importante de nos histoires de vie, celle qui se tourne vers le monde qui nous porte, le monde qui nous forme et que nous transformons. La vie s’incarne dans le monde et est en étroites relations vitales et réciproques avec celui-ci. Les dimensions écologiques de l’histoire de vie ouvrent ainsi sur des relations fortes et nourricières avec le monde de la vie. Elles ouvrent cependant aussi sur les diverses situations conflictuelles, les crises, les abus et les luttes qui marquent aussi de nombreuses vies autour des questions écologiques et les transformations plus ou moins heureuses du monde. Les crises économiques, écologiques, culturelles s’enchevêtrent aujourd’hui dans la complexité de la mondialisation où se côtoient les pires dangers mais aussi les émergences d’alternatives et de transformations de paradigmes, de modes de vie, de modes de pensées et de valeurs. Comment les histoires de vie reflètent-elles ces enjeux ? Quels éclairages et quelles nouvelles compréhensions peuvent-elles nous donner sur les nouveaux rapports à l’environnement ?

Cette édition du symposium prend appui sur la mise en relation de trois réseaux qui explorent diverses facettes du rapport au monde des êtres humains et de leurs sociétés : le Réseau québécois pour la pratique des histoires de vie, le Groupe de recherche en éducation et en formation relatives à l’environnement (UQAM) et le Groupe de recherche sur l’écoformation (de France). Le symposium sera un moment privilégié pour explorer diverses questions sur les dimensions écologiques de l’histoire de vie. De quelles manières les enjeux environnementaux et les nouvelles pratiques quotidiennes d’écologisation se manifestent-ils dans les histoires de vie ? Pourquoi et comment ouvrir plus explicitement la formation et la recherche en histoires de vie sur les dimensions écologiques ou environnementales de notre rapport au monde ? En quoi les dimensions écologiques des histoires de vie nous aident-elles à mieux comprendre des fondements éducatifs et ainsi transformer la formation et la recherche dans divers champs éducatifs ? Comment l’étude du rapport au monde dans les différents âges de la vie et au sein de différentes cultures permet-elle de mieux comprendre les processus de construction identitaire et leurs liens avec l’engagement environnemental ? De quelles manières les explorations des interactions entre « soi » et le « monde naturel » permettent elles de comprendre les diverses manières de se former avec, par et pour l’environnement physique et cosmique ? Comment situer le tiers écoformation en relation l’hétéroformation et l’autoformation ?

Afin d’échanger sur les dimensions écologiques des histoires de vie, c’est au bord du Lac Stukely, dans le Parc national du Mont-Orford, que se tiendra ce XIXe symposium. Du 27 au 29 septembre 2012, c’est le Centre de Villégiature de Jouvence qui accueillera nos activités. L’ouverture explicite de l’histoire de vie sur l’environnement met toujours en évidence des souvenirs marquants. Orford est aussi un environnement marqué par des enjeux socio-environnementaux. Ce parc est un lieu nourricier par les contacts avec le monde naturel qu’il permet et il est aussi un lieu de résistance, de luttes citoyennes pour en préserver les qualités.

Voilà ! L’environnement, une histoire de vie. La vie, une histoire d’environnement.